Inauguration de la cathédrale de Créteil

« Que cette célébration reste à jamais gravée dans nos cœurs »

« Celui qui croyait au ciel et celui qui n'y croyait pas »*... Le 20 septembre, croyants ou non croyants, chrétiens ou représentants d'autres religions, habitants du Val-de-Marne, politiques, prêtres, tous étaient réunis sous la double coque de bois de la cathédrale Notre-Dame de Créteil.
Comme le 20 novembre 2011, où avaient été scellé l'engagement de réaliser ce grand projet du diocèse de Créteil avec les Chantiers du Cardinal, les huit évêques d'Île-de-France étaient présents ou représentés. Face au cardinal André Vingt-Trois, qui présidait la célébration en présence de Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique, les représentants de l'Etat ont affirmé leur adhésion à ce lieu cultuel et culturel.

>> en savoir plus sur la cathédrale

En harmonie avec le tissu urbain
Laurent Cathala, maire de Créteil depuis 38 ans, a souligné à quel point « Il était heureux que cet édifice, en harmonie avec le tissu urbain, viennent enrichir le patrimoine architectural et artistique de notre ville ». « Sous cette nef, on ressent de la sérénité propice au recueillement. Cette réalisation est un message fort d'une Eglise ouverte, proche de ceux qui sont dans la difficulté ».
« Nous voulions du souffle, une élévation, une douceur dans cet espace ». Alors qu'un comédien rappelait la genèse du projet voulu par Mgr Michel Santier, la lumière perçait l'arc coloré d'Udo Zembok pour venir irradier l'assemblée. Quand l'évêque de Créteil a pris la parole pour dire son « immense joie », les applaudissements nourris des jeunes du Frat ont bruyamment retenti.

 


Un édifice à la gloire de Dieu
Monseigneur Santier a remercié à plusieurs reprises les donateurs et mécènes qui ont permis la construction de « cet édifice à la gloire de Dieu ». « Il témoigne de ce qui nous fait vivre, du signe de notre appartenance au monde. Ces pierres forment des ponts entre les hommes et non pas des murs ».
Deux plaques ont été dévoilées pour rappeler l'évènement. La première pour l'espace culturel, financé en grande partie par le conseil départemental et la mairie de Créteil, et la deuxième par le cardinal Vingt-Trois, Luigi Ventura, Mgr Michel Santier et Bruno Keller pour l'espace cultuel.

Inscrite dans l'histoire de notre temps
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur et des Cultes, a souligné « sa grande émotion ». Il a ajouté que « cette inauguration n'est pas exclusivement religieuse ». « Ce geste, a-t-il dit, s'inscrit dans l'histoire de notre temps dans les prouesses les plus abouties. Cet authentique lieu de mémoire, où s'exprime le génie de notre peuple, est un signe visible de l'invisible ».
Un an avant que le diocèse fête son cinquantième anniversaire, la cathédrale, au cœur de la cité, est un message d'Espérance. « Rien ne peut se faire seul, a conclu Mgr Santier. Que cette célébration reste à jamais gravée dans nos cœurs ».

*Louis Aragon, La Rose et le Réseda (1943)

>> L'inauguration de la cathédrale dans la presse française et internationale

>> NEWSLETTER, abonnez-vous
* indicates required

ESPACE DÉLÉGUÉS