Résultats de votre recherche

Il y a 46 résultats de recherches pour : "Don"

page

Comptes

Comptes

Comprendre les comptes des Chantiers du Cardinal. Vous trouverez sur cette page une présentation de notre rapport de générosité publié chaque année. L’œuvre initiée par le Cardinal Verdier adopte aujourd’hui la forme juridique du GIE: un groupement d’intérêt économique (GIE) nommé « Bâtisseurs d’églises en Île-de-France ». Il exerce sa mission au nom des 8 diocèses d’Île-de-France. C’est donc au nom et pour le compte de chacune des associations diocésaines que ce GIE collecte des fonds.

page

À l’œuvre dans les paroisses : les délégués

À l’œuvre dans les paroisses : les délégués

Véritables ambassadeurs des Chantiers du Cardinal dans les paroisses d’Île-de-France, les délégués accomplissent un travail indispensable. Grâce à leur action, nous pouvons développer notre mission. Ils sont plus de 330 et assurent la communication des informations auprès des curés et des paroissiens. Ils se retrouvent une fois par an lors d’une assemblée afin de préparer ensemble la journée de quête du premier week-end de l’Avent. Vous êtes amoureux du patrimoine ? Vous souhaitez donner un peu de votre temps à une œuvre d’Église? Rejoignez nous !

page

Huit diocèses d’Île-de-France

Huit diocèses d’Île-de-France

Les Chantiers du Cardinal agissent pour développer et rénover le patrimoine des huit diocèses d’Île-de-France. Grâce au soutien des donateurs et des testateurs, nous soutenons financièrement les diocèses de la Petite et la Grande couronne pour entretenir leurs locaux. Car depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1905, les travaux sont à leur charge

page

Mission, histoire et patrimoine

Mission, histoire et patrimoine

Les Chantiers du Cardinal sont une œuvre d’Église, fondés en 1931 par le cardinal Jean Verdier. Notre mission : développer, rénover et embellir le patrimoine religieux à Paris. Au fil du temps, notre action s’est étendue à toute l’Île-de-France. Ainsi, nous finançons la construction d’églises, de presbytères et de locaux paroissiaux dans les 8 diocèses de la région parisienne. Depuis l’origine, seule la générosité des donateurs et des testateurs nous permet de financer nos actions.

page

Églises de Paris

Églises de Paris

Paris compte 139 églises et chapelles dont certaines appartiennent à des communautés religieuses. La cathédrale Notre-Dame appartient à l’État. Selon la loi de séparation des Églises et de l’État, les 75 églises et chapelles construites au XXe siècle appartiennent en majorité à l’Église et sont donc à sa charge.

page

Séparation des Églises et de l’État: la loi de 1905

Séparation des Églises et de l’État: la loi de 1905

Qui finance l’entretien des églises? Les communes? L’État? L’Église ? En réalité, tout dépend de leur statut. Car en France, la loi de 1905, séparant les églises de l’État pose des règles claires : tout ce qui est bâti après 1905 est à la charge de l’Église. En Île-de-France, 456 églises et chapelles – dites diocésaines – sur les 1 740 lieux de culte que compte la région sont donc à sa seule charge. Cela signifie que tous les travaux de ces édifices sont entièrement financés par elle et non pas par l’État… ou le Vatican ! À cela s’ajoute des milliers de bâtiments paroissiaux.

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don