Une nouvelle chaufferie pour l’église du Sacré-Cœur à Ris-Orangis (91)

Architecte En cours de sélection
Coût total 215 000€
Notre contribution 75 000€
Fin du chantier 31/03/2023

Présentation du projet

Le conseil d’administration des Chantiers de Cardinal a décidé lors du dernier Conseil d’Administration de 2022, de participer à la rénovation de la chaufferie de l’église du Sacré-Cœur de Ris-Orangis (Diocèse d’Evry-Corbeil-Essonne). Cette église, située à quarante minutes du centre de Paris en RER, dans le département de l’Essonne, au bord de la Seine, a besoin de travaux afin d’assurer un minimum de confort aux paroissiens et aux deux prêtres de la paroisse et de limiter ses frais de chauffage.

Pour ce chantier, au cœur des préoccupations énergétiques du moment, les Chantiers du Cardinal apportent une contribution de 75 000 euros. Les travaux s’achèvent en mars 2023.

Le projet n’est pas visuellement important ou financièrement considérable mais il était très attendu par les paroissiens et pour cette église dont l’histoire mérite d’être au préalable narrée brièvement.

eglise sacré coeur ris orangis

L’église du Sacré-Cœur à Ris-Orangis bâtie en 1955, agrandie quelques années plus tard. CDC/SG

Une église née d'un vœu

L’histoire de l’église du Sacré-Cœur n’est en effet pas banale : l’église est le fruit d’un vœu, de l’engagement des paroissiens et de la « débrouille » de nombreux bénévoles. La ville ayant échappé aux bombardements durant la Deuxième guerre mondiale, pour remercier le Ciel et concrétiser un vœu, il fut en effet décidé de construire une chapelle sur le Plateau de la ville, sur un plan basilical fort simple. Sa première pierre en fut posée en 1955, en présence de l’évêque.

Bien que récente, la construction n’a donc pas été financée par les Chantiers du cardinal ; ce sont les paroissiens qui y contribuèrent et l’ont embellie, souvent de leurs propres mains. Une Union paroissiale s’est chargée de recueillir des fonds lorsque cela était nécessaire, de la pierre meulière a été récupérée du chantier de construction de l’autoroute A6 puis concassée et retaillée pour bâtir. L’autel a été monté par un employé de la caserne de l’Armée de l’air qui était jadis sur la commune et l’encadrement des portes d’accès a été, par exemple, sculpté par des Compagnons du Tour de France qui travaillaient à ce moment-là, non loin, à la réfection de statues de l’autre église de la commune, Notre-Dame, en contre-bas.

eglise sacré coeur ris orangis

Le choeur de l’église du Sacré-Cœur de Ris-Orangis (91). (SG/CDC)

L’esprit qui a présidé à la construction de l’église, terminée en 1962, a même perduré lors de son agrandissement en 1969 pour faire face à l’augmentation de la population dans cette zone de la banlieue parisienne en pleine expansion. L’autel a été installé à l’opposé du clocher dans un nouveau chœur sous une toiture à plusieurs pans, une crypte creusée sous l’ensemble et, en 1972, la chapelle a fini par être élevée au rang d’église. À vrai dire, tant d’engagements et d’efforts le méritaient. Et l’extension de l’église n’étant pas bien marquée, c’est encore un paroissien qui s’est occupé de la fabrication et la pose de croix sur la façade pour mieux en signaler la vocation. D’autres paroissiens se sont chargés de la peinture du chœur en profitant d’une fin de chantier. Enfin, prochainement, la paroisse aussi fera son affaire, toujours dans le même esprit d’engagement bénévole, du changement d’éclairage de la nef et d’une descente d’eaux pluviales. C’est dire l’implication et le souci d’économies des membres de la communauté paroissiale. Mais ceux-ci ne pouvaient aller plus loin pour changer seuls la chaufferie en fin de vie compte tenu des faibles moyens de la paroisse.

Travaux nécessaires

L’histoire de la chaufferie est plus classique que celle de l’église : l’équipement a fini tout simplement par vieillir. Le chauffage au sol de l’église, datant de sa construction, était affecté par de nombreuses fuites. Il a fallu le condamner et installer des aérothermes mais ceux-ci se sont révélés peu puissants et bruyants au point qu’ils devaient être allumés parfois la veille des dimanches et arrêtés durant les offices.

Les deux chaudières à gaz en place datant de 35 ans étaient en outre tellement vétustes que les pannes se multipliaient et que la production d’eau chaude pour le chauffage n’était plus assurée convenablement alors que la facture de gaz tournait autour de 15 000 euros par an. Le centre paroissial, intégrant le presbytère, ne pouvait plus ainsi accomplir normalement, l’hiver, ses missions d’accueil de base et garantir un confort minimal aux prêtres, et l’église pouvait être glaciale lors des grands froids.

eglise sacré coeur ris orangis

La nef de l’église du Sacré-Coeur de Ris-Orangis (91). Sur le mur du fond, les deux aérothermes aussi inefficaces que bruyants. (SG/CDC)

Simplement, le projet de rénovation, intégrant une transformation complète du système de chauffage de l’église, du presbytère et de la crypte, coûtait cher (215 000 euros TTC). Les Chantiers du Cardinal se devaient de contribuer à l’opération et de venir en aide à la paroisse ; ils dégagèrent 75 000 euros pour compléter les engagements de la paroisse et du diocèse ; au titre de la rénovation des églises, volet important de leur mission.

UN PROJET IMPORTANT POUR LA PAROISSE

Le projet de rénovation complète avait été très soigneusement étudié. Il consistait à la mise en place d’une centrale de traitement d’air adaptée au volume de l’église et de deux chaudières à condensation fonctionnant en cascade, une chambre d’insonorisation permettant un fonctionnement silencieux de la centrale sous l’église et une sonde extérieure assurant une régulation, inexistante jusqu’à présent. Ce type d’équipement avait été mis en œuvre et expérimenté par le diocèse d’Evry-Corbeil-Essonnes dans d’autres églises à la satisfaction des paroisses concernées.

eglise sacré coeur ris orangis

La nouvelle chaufferie sous l’église du Sacré-Coeur de Ris-Orangis (91) SG/CDC

Afin de limiter au plus vite les coûts de consommation liés à l’ancien équipement, de ne pas être à la merci d’une panne majeure et profiter d’une disponibilité des matériels, les travaux ont débuté dès les premiers jours de décembre 2022. Le chauffage de l’accueil, du centre paroissial et du presbytère a ainsi pu être assuré rapidement. Mi-février 2023, il restait à calorifuger les tuyauteries, à installer la centrale de traitement d’air dans la crypte au sein d’un espace maçonné, à réaliser les sorties d’air chaud et les prises d’air dans l’église et à déposer les aérothermes en place. L’opération, attendue avec impatience par toute la communauté paroissiale et s’inscrivant parfaitement dans les perspectives tracées pour faire face à la transition écologique par le nouveau directeur général bénévole des Chantiers du Cardinal, Jean-Pierre Gaspard, devrait se terminer fin mars 2023.

36 Rue Pierre Brossolette, 91130 Ris-Orangis

Galerie

Voir l’album

36 Rue Pierre Brossolette, 91130 Ris-Orangis

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don