Bénédiction de l’église Saint-Marc à Malakoff (92)

La chapelle Saint-Marc a été bénie le 8 juin 1963. Cinquante-cinq ans plus tard, le 9 décembre 2018, elle accueille le nouvel évêque de Nanterre, monseigneur Matthieu Rougé, pour la messe de bénédiction de fin de travaux. Une histoire de 67 ans lie la paroisse de Malakoff aux Chantiers du Cardinal.

 

Gagner en luminosité et en confort

Les travaux de rénovation de l’extérieur et d’agrandissement de l’intérieur du bâtiment sont achevés. L’église va gagner en luminosité et en confort pour accueillir les paroissiens. Les Chantiers du Cardinal financent le tiers du montant des travaux, soit 100 000 €.

 Le 9 décembre 2018 à 10h30, monseigneur Matthieu Rougé, le nouvel évêque de Nanterre, présiderait la messe de célébration.

Bénie par le premier évêque de Nanterre

Dans les archives des Chantiers du Cardinal on retrouve l’histoire de la construction de la chapelle Saint-Marc à Malakoff : « Les années 50 ont été marquées à Malakoff par une grave crise du logement. Pour y faire face, la municipalité construira plusieurs cités populaires dans le sud de la ville. Se pose alors pour les croyants de Malakoff la question d’accompagner par un nouveau lieu de culte cette densification de la population ».

L’intérieur a été rénové mais le mobilier liturgique a été conservé

Toujours prêts à financer

C’est le curé de l’époque, l’abbé Jonvel, qui cherche activement un espace pour créer un nouveau centre paroissial. Une opportunité d’achat se présente en 1961 lors de la fin d’activité d’un atelier de cartonnerie de 416 m2 situé au 67 de la rue Hoche et entouré d’un vaste terrain maraîcher de 2000 m2. Reste à trouver les fonds pour transformer l’ancien atelier en église. Plus de 33 000 francs de l’époque, une somme considérable pour la paroisse populaire de Malakoff. On dénomme le projet de chapelle « Notre-Dame-du-Fort-de-Vanves ».
Jeanine Tallec rappelle dans ces archives que « On en serait resté là sans l’aide de l’Œuvre des Chantiers du Cardinal qui acceptent de participer au financement et à assurer les dépenses ». À charge de la paroisse de verser de 1964 à 1973 une contribution de 2 500 francs par trimestre. Pour cela, elle lance une souscription « Le franc de Saint-Marc » et organise des kermesses pour récolter les fonds.

Une succession de travaux

L’architecte parisien Madeleine dresse les plans de modification du bâtiment. Peu de temps après l’achèvement des travaux, un nouvel appel de fonds est nécessaire. La toiture, constituée d’une grande verrière, est couverte en tuile. Rapidement, des problèmes d’étanchéité nécessitent plusieurs restaurations urgentes suite à des infiltrations d’eau en 1965, 1991 et 1996.
Par la suite, plusieurs aménagements successifs viendront enrichir les capacités d’accueil de la chapelle, des salles pour le catéchisme et un petit appartement au dessus de l’entrée ainsi que la création d’un auvent. En 1978 de gros travaux de modernisation ont lieu avec la coordination de l’Atelier d’architecture A4 de Paris.

Les Chantiers du cardinal sont également intervenus en 1992 pour des travaux de couverture et chauffage pour un montant d’environ 67 000 € et en 1993 pour des travaux d’étanchéité et d’entretien pour un montant de 19 000 €.

 

Déroulement de la journée

  • 10h30 messe célébrée par monseigneur Matthieu Rougé, évêque de Nanterre

Galerie

Voir l’album

Articles liés

Une nouvelle jeunesse pour l’église Saint-Marc à Malakoff

Une nouvelle jeunesse pour l’église Saint-Marc à Malakoff

Chapelle Saint-Marc à Malakoff

67, rue Hoche, 92240 Malakoff, France

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don