De l’art contemporain dans l’écrin cistercien de l’abbaye du Thoronet

Jusqu’au 26 septembre 2021, l’abbaye du Thoronet dans le Var, accueille Anne et Patrick Poirier. Ces deux artistes contemporains exposent une quinzaine d’installations : « Anima Mundi », l’âme du monde. Voici une belle visite à faire cet été afin de découvrir cet édifice cistercien, tout en parcourant ce lieu propice à la méditation…

Redécouvrir l'une des trois abbayes cisterciennes de Provence

La voix des vents. Anima mundi, abbaye du Thoronet. Anne et Patrick Poirier. ADAGP. © Jean-Christophe Lett – CMN

Édifiée entre 1160 et 1230, l’abbaye du Thoronet est, avec Silvacane et Sénanque, l’une des trois abbayes cisterciennes de Provence. Chef-d’œuvre en péril après la Révolution, sa restauration a débuté en 1841. La pureté et la simplicité des volumes, essentiellement dictées par l’organisation de la vie communautaire – prière, labeur, méditation et silence -, a inspiré des générations d’architectes. Le Corbusier visite le site en 1953 : « À l’heure du “béton brut”, bénie, bienvenue et saluée soit, au cours de la route, une telle admirable rencontre. »

vue du cloitre de l'abbaye

“Anima mundi”, l’âme du monde, dans le cloître de l’abbaye du Thoronet. (Crédit Jacqueline Pozzi – FTV)

Aujourd’hui, l’abbaye est gérée par le Centre des monuments nationaux. Cette merveille d’architecture, propice à la méditation, est l’écrin idéal pour l’art contemporain. Jusqu’au 26 septembre 2021, les visiteurs de l’abbaye du Thoronet découvrent une quinzaine d’installations d’Anne et Patrick Poirier conçues spécialement pour le lieu. En faisant appel aux sens, à la mémoire et à l’esprit du visiteur, leurs œuvres entrent en dialogue avec le monument et permettent une redécouverte de ses vestiges. « Cet art contemporain se marie particulièrement bien avec l’épure, l’ascétisme des lieux, tout en lui apportant un supplément d’âme », souligne Sylvie Vial, administratrice de l’abbaye.

Memoria Mundi, installé dans la nef de l'abbaye

«Memoria mundi», ou la mémoire du monde d’Anne et Patrick Poirier. Cette œuvre accueille le visiteur à l’entrée de l’abbatiale du Thoronet. (Crédit Jacqueline Pozzi – FTV )

La Mémoire du monde

Le couple d’artistes, inspiré par la beauté du lieu, a reçu carte blanche. « Les lieux religieux sont des endroits où l’on ressent quelque chose », souligne Anne Poirier. Avant cette exposition, le couple, passionné d’histoire et d’architecture, est déjà intervenu dans des édifices religieux : à la Chapelle de la Salpêtrière en 1983 ou encore au Couvent de la Tourette en 2013. Il a réalisé des œuvres respectueuses de ces lieux d’âme et de mémoire.

Les visiteurs sont accueillis à l’extérieur de l’abbatiale par le tintement de clochettes et des plumes. « Ce sont, précise Patrick Poirier, les plumes des anges qui chassent les démons ». Sur le sol de l’entrée, un « tapis » “Memoria mundi”, la mémoire du monde. Tissé de laine, de soie, et de fibre de bambou, il représente un cerveau, « une psyché » comme préfère le nommer Anne Poirier. On retrouve ce symbole dans le transept, en pâte de verre, posé sur un miroir où se reflète la voûte de l’édifice, « comme une calotte crânienne au centre de l’édifice ». Sur ce centre de la mémoire, sont inscrits des mots en capitales : IMAGINAIRE, MÉMOIRE, ARCHIVÉE… « On s’est dit qu’ici pourrait être le centre du monde. L’âme du monde pourrait être ici, dans ces bois, avec cette architecture, cette acoustique. Nous avons donc voulu y mettre quelque chose qui concentre tout », poursuit Patrick Poirier.

 Reflet de l'âme », œuvre d'Anne et Patrick Poirier

« Reflet de l’âme », œuvre d’Anne et Patrick Poirier. Sous la psyché, se reflète la voûte de l’édifice. (Crédit Jacqueline Pozzi – FTV)

En effet, relève Patrick Poirier, « La voûte de l’abbatiale est comme une voûte crânienne. Il nous semblait intéressant de mettre là un cerveau. Ce qui nous intéresse, c’est toujours de savoir ce qui tourne dans ce labyrinthe inextricable de notre âme ».

Part belle donnée par les artistes à la végétation, expérience auditive à l’écoute de gongs en lieu et place des chants grégoriens… d’autres surprises attendent les promeneurs en quête de beauté et de spiritualité.

Les deux artistes

Anne et Patrick Poirier à l’abbaye du Thoronet, 2019. (Photo : Ambroise Tézenas / Centre des monuments nationaux.)

[VIDÉO] Reportage sur France 3

Un reportage de Jacqueline Pozzi pour l’émission Point cult’, tourné en juin 2021 pour France 3 Var, invite à découvrir l’abbaye et l’exposition qu’elle héberge, guidé par le couple d’artistes. Ce « Carte blanche à Anne et Patrick Poirier » s’achève par une phrase de Paolo Coelho « Écoute ton cœur. Il connaît toute chose parce qu’il vient de l’âme du monde et qu’un jour, il y retournera ».

Voir aussi

L’œuvre de Pierre Soulages, peintre du noir et de la lumière
17.01.2020 Article

L’œuvre de Pierre Soulages, peintre du noir et de la lumière

Images et lumière, une exposition sur le vitrail contemporain
12.03.2019 Article

Images et lumière, une exposition sur le vitrail contemporain

« Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » Un patrimoine vivant à valoriser
03.07.2020 Article

« Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » Un patrimoine vivant à valoriser

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don