« Participer au Prix Pèlerin du Patrimoine c’est témoigner d’une Église vivante »

Alors que s’ouvrent les inscriptions pour le Prix Pèlerin du Patrimoine 2020, Alice Fabre, directrice des Chantiers du Cardinal, rappelle que l’œuvre fondée par le cardinal Verdier participe à la préservation du patrimoine religieux du XXème siècle.

Pourquoi les Chantiers du Cardinal participent-ils au Prix Pèlerin ?

Le Prix Pèlerin du Patrimoine met en lumière le patrimoine de nos régions, en primant des projets soutenus par des communes ou des associations. Le jury, composé d’experts, sélectionne les projets de sauvegarde d’édifices religieux, civils, de sculptures, de tableaux, de chemins de croix… Les églises du XXème siècle font partie des chefs d’œuvre de l’architecture. Certaines d’entres elles recèlent des trésors d’art sacré, réalisés par les plus grands artistes de l’époque.

Les Chantiers du Cardinal ont construit plus de 300 églises en Île-de-France depuis leur création en 1931. Aujourd’hui encore, ils construisent et rénovent ce patrimoine inégalable.  Nous avons à cœur de mettre en avant et de soutenir ce patrimoine ecclésial, ainsi que les hommes et les femmes qui le créent. Il s’agit aussi de témoigner d’une Église vivante au cœur des lieux de vie de chacun. C’est pourquoi les Chantiers du Cardinal sont partenaires du prix Pèlerin depuis 2012.

[VOIR] Les Prix de la création et Prix Pèlerin

chemin croix détail cr Léa Sham's

Détail du chemin de croix de l’église Saint-Pierre, prix de la création 2015. (Léa Sham’s )

Comment inscrire sa paroisse au Prix Pèlerin ?

Dossier Prix Pèlerin 2020 05.03.2020

En quoi les Chantiers du Cardinal participent-ils à la préservation du patrimoine religieux ?

C’est notre mission ! Préserver, développer et embellir le patrimoine religieux, indispensable à la vie spirituelle de tous les catholiques. Les Chantiers du Cardinal engagent près de 5 millions d’euros chaque année pour une trentaine de projets réalisés en moyenne. Tout cela est rendu possible grâce à la mobilisation des curés, mais également des artistes, des architectes, des artisans… Et bien sûr des donateurs, des testateurs, des personnes fidèles à l’action des Chantiers du Cardinal.  Tous sont conscients que ces projets, d’une importance capitale, sont menés pour préserver notre patrimoine religieux.

Par ailleurs, communiquer sur ce patrimoine, c’est déjà participer à une prise de conscience de l’opinion publique et donc l’aider ! Par exemple, nous soutenons actuellement la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours à Asnières (92). Il s’agit d’une belle église bâtie par le cardinal Verdier dans les années 1930. Mais sa construction a été interrompue par la Deuxième Guerre Mondiale. Ce chantier va enfin être achevé avec la création d’une façade vitrée. Les travaux vont également permettre de réaménager l’intérieur et de construire des locaux pour l’accueil.

Dans le diocèse de Versailles (78) nous avons participé à la rénovation de l’église Saint-Louis de Beauregard au cœur d’un quartier populaire de Poissy. Cet édifice religieux date de la fin des années 1950, il a reçu le label « Patrimoine du XXème siècle ».

Vue intérieure de l’église Saint-Louis-de-Beauregard à Poissy. (Gil Fornet/CDC)

Quelques mots sur le lauréat du Prix Pelerin remis par les Chantiers du Cardinal en 2019 ?

En 1963 les Chantiers du Cardinal ont bâti une église reconnue « Patrimoine remarquable du XXème siècle » : Saint-Paul-de-la-Vallée-aux-Renards à Fresnes/L’Haÿ-les-Roses (94), dessinée par Jean Prouvé avec la collaboration de Jean Picot. Le Prix Pèlerin du patrimoine du XXème siècle 2019 a récompensé cette église pour la restauration du chœur en vitrail, œuvre d’André Ripeau et de Jacques Colas-Guérin. Il s’agit d’une œuvre monumentale, non figurative, avec un très beau jeu de couleurs.

Ce mur-vitrail mesure près de 95m2 et il était assez endommagé, plus de 200 pièces cassées. Le travail a été confié à Lucien Renault et Charles Stavropoulos, maîtres-verriers de Lucas Concept installés à Villejuif. Ils ont réalisé un travail d’orfèvre, d’abord pour démonter ce « puzzle aux pièces très fragiles ». Il y avait 72 panneaux à démonter, puis il a fallu faire un gros travail de recherche pour retrouver des verres soufflés dont les nuances sont les plus proches de celles d’origine. Les maîtres-verriers ont ensuite assemblé les verres avec du plomb plus gros que celui utilisé en général sur les vitraux classiques.

C’est un travail d’excellence, sur un patrimoine remarquable, les Chantiers du Cardinal sont ravis de mettre à l’honneur ces artisans de grande qualité.

En savoir plus

Un prix pour favoriser la restauration et la création
24.05.2017 Page

Un prix pour favoriser la restauration et la création

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don