“Le Prix Pèlerin nous a donné confiance”

À l’occasion des 30 ans du concours du patrimoine lancé par le magazine Pèlerin, rencontre avec un trio de lauréats. Vincent Crinière, Antoine Mazurier et Julien Valageas avaient reçu le Prix de la création Chantiers du Cardinal en 2013. Ils avaient créé le mobilier de la maison Saint-François-de-Sales de Boulogne-Billancourt (92). La cérémonie de remise des Prix 2020 est à suivre mercredi 16 septembre 2020 en direct sur Facebook.

"Le Prix Pèlerin a confirmé nos choix de métiers"

Pierre volcanique, obsidienne et bois de feuillu. Des matériaux “locaux», de la Creuse où se situe leur atelier. Voilà de quoi est composé le mobilier liturgique de la maison Saint-François-de-Sales à Boulogne-Billancourt (92). Une création qui a valu à leurs auteurs une récompense en 2013 : le prix de la création des Chantiers du Cardinal, remis dans le cadre du concours du patrimoine du magazine Pèlerin. À l’époque, Vincent Crinière (tailleurs de pierre et ébéniste), Antoine Mazurier (ébéniste et designer) et Julien Valageas (maître-verrier) viennent tout juste de se lancer dans leurs activités professionnelles respectives. Et décrochent, non seulement le chantier du mobilier liturgique de la maison d’église de Boulogne, mais aussi un prix reconnaissant leur travail.

[ACTU] Les Prix Pèlerin du patrimoine seront remis lors d’une cérémonie retransmise en direct sur Facebook le mercredi 16 septembre 2020 à partir de 19H

Lauréats prix création 2013

Antoine Mazurier, Julien Valageas et Vincent Crinière en 2013. (Andia/Pèlerin)

Ce prix nous a donné confiance, reconnaît Vincent Crinière, il nous a confirmé dans nos choix de métiers ! » Antoine Mazurier confirme : “dans notre profession le temps d’apprentissage est long, on transforme l’essai au bout d’un certain temps. Recevoir un prix fait partie des choses qui donnent confiance.” Le duo, qui partageait un petit atelier, a pu déménager dans un autre atelier plus grand et toujours partagé. Ils ont réalisé d’autres projets, en appelant à l’occasion Julien Valageas. “Nous avons eu un chantier dans l’église Saint-Martin à Gouzon dans la Creuse », raconte Antoine Mazurier. Et le Prix Pèlerin a sans doute joué en faveur des jeunes créateurs.

Maison Saint-François-de-Sales

Le mobilier liturgique de la maison Saint-François-de-Sales (CDC)

Aujourd’hui, 7 ans après leur prix, Vincent Crinière et Antoine Mazurier poursuivent dans leurs voies. Et répondent aussi à des appels d’offres pour du mobilier liturgique. “Il y a quelque chose de différent, indique Antoine Mazurier. On utilise des techniques, des dessins qu’on ne peut pas mettre en œuvre chez nos clients habituels pour une cuisine ou une bibliothèque.” Vincent Crinière travaille actuellement sur un projet de chemin de croix : “Cela permet d’amener de l’ornementation, de faire des choses plus sacrées aussi.” Quant au troisième membre du trio, Julien Valagezas, il a pris d’autres chemins créatifs. Le maître-verrier le reconnaît, il a été bouleversé par le chantier de la maison Saint-François-de-Sales. “Ce travail m’a ouvert à la foi. »

[VOIR] Le prix de la création remis par les Chantiers du Cardinal

Créer pour l'Église, un chantier extraordinaire

Pour cette maison d’église dont l’intérieur est largement tapissé de bois, le trio a choisi un mobilier sobre. L’autel se remarque par une croix en creux, et l’alternance entre le plein et le vide. Au final, l’ornementation et la beauté simple des matières donnent un certain cachet à la chapelle. «Vincent (Crinière) m’a proposé de participer au projet, raconte Julien Valageas. Avec Antoine Mazurier, ce sont deux bons techniciens. Mon parcours de verrier m’a rendu plus aguerri sur les questions de symbolique.

[VOIR] La construction de la maison Saint-François-de-Sales

Unissant leurs compétences, les trois créateurs marient aussi les matières pour répondre à la commande : un autel et une estrade, un ambon, un tabernacle, une crédence et une croix. Du frêne, du chêne grisé, du bouleau, de la pierre de volvic, du verre, du laiton et… d’étranges morceaux de verre noir. « Quelques années avant ce chantier, j’avais trouvé une tonne de ce verre, un verre capricieux” explique le maître-verrier. La matière ne se laisse pas facilement travailler, difficile d’y “laisser passer la lumière ». Finalement le verre se révèle être de l’obsidienne et trouve sa place sur les côtés de l’autel. Face aux difficultés techniques pour réaliser certaines parties du mobilier (“la matière que je voulais cristalliser ne cristallisait pas sur la croix ! ») Julien Valageas confie avec humour “j’ai pris une leçon d’humilité …

Détail de l’autel de la chapelle à la maison St-François-de-Sales de Boulogne-Billancourt. (David Métreau/CDC)

Travailler pour une église – pour l’Église – n’est pas un chantier ordinaire. Le lieu fait que la tâche prend une autre dimension. Le maître-verrier cite la restauration des vitraux de cathédrales : “(les vitraux) ont résonné pendant des siècles des chants et des prières des gens, c’est une force dans la matière qui est puissante et dont on reçoit l’écho.” Les trois artisans le reconnaissent : ce chantier de la maison Saint-François-de-Sales ne ressemblait pas aux autres.  “En travaillant avec Julien, on est sorti du quotidien. On s’élève l’esprit lorsqu’on se met à plancher sur ce genre de projet.

Maison Saint-François-de-Sales à Boulogne-Billancourt

Maison Saint-François-de-Sales à Boulogne-Billancourt (DR)

Une maison d'église à Boulogne

En 2014, les Chantiers du Cardinal participent pour 1 million d’euros à la construction de la maison d’église Saint-François-de-Sales de Boulogne-Billancourt, l’une des maisons d’église du diocèse de Nanterre. Le projet est porté par 4 paroisses : Notre-Dame-de-Boulogne, Saint-Cécile, Sainte-Thérèse et L’Immaculée-Conception. La maison se veut ouverte toute la semaine et à tous pour “répondre aux besoins du monde d’aujourd’hui.” Le lieu est “signe pour les familles », elle est installée dans le quartier Trapèze-Rives de Seine, sur le site des anciennes usines Renault.

La maison est inaugurée et bénie le 12 octobre 2014 par monseigneur Michel Aupetit, alors archevêque de Nanterre, qui déclare : “Que tous soient invités, cette maison est un lieu de convivialité, d’accueil inconditionnel.”

[VOIR] Bénédiction par monseigneur Michel Aupetit

En savoir plus

Un prix pour favoriser la restauration et la création
24.05.2017 Page

Un prix pour favoriser la restauration et la création

Maison Saint-François-de-Sales à Boulogne-Billancourt (92)
02.11.2017 Projet

Maison Saint-François-de-Sales à Boulogne-Billancourt (92)

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don