Sur le toit de Saint-Louis à Vincennes

L’église Saint-Louis à Vincennes (94) fait l’objet d’un important chantier de restauration. En 2021, les travaux de rénovation concernent le toit et les façades afin de mettre fin aux infiltrations d’eau qui dégradent les décors intérieurs. Reportage sur le toit d’une église atypique à l’Est de Paris.

Un échafaudage sur le toit de l'église

Nichée au cœur d’un quartier d’immeubles à Vincennes (94), l’église Saint-Louis se découvre au détour d’une rue à la sortie du métro. Les échafaudages montés depuis le début de l’année 2021 cachent pour quelques mois les façades du bâtiment érigé à l’Est de Paris en 1914.

[VOIR] Le projet de rénovation de l’église

echafaudage sur le toit de l'eglise saint louis

Échafaudage sur le toit de l’église Saint-Louis à Vincennes. (Crédit CDC/GF)

« Je suis toujours étonné en voyant les voisins découvrir qu’ils habitent à côté de cette église, raconte le père Arnaud Bonnassies, curé de la paroisse de Vincennes. On les a prévenu lors du démarrage du chantier qu’il y aurait un peu de bruit. Ils sont là depuis 15 ans et ils n’étaient jamais entrés à l’intérieur… Mais ensuite, ils aiment revenir. C’est une église qui gagne à être connue. » Un trésor architectural à l’Est de Paris, qui abrite un fabuleux décor intérieur réalisé en partie par Maurice Denis, qu’on désigne aujourd’hui comme le chef de file des Nabis.

[VOIR] Maurice Denis, un art sacré

La couverture de la coupole a été restaurée

La couverture de la coupole a été restaurée. À droite, le clocher (dépourvu de cloches pour cause de poids) culmine à 50 mètres au dessus du sol. (Crédit CDC/GF)

Après plusieurs mois d’expertises, le chantier de restauration piloté par l’architecte en chef des Monuments Historiques, Pierre-Antoine Gatier, entre enfin dans sa phase exécutive. Au début de l’année les entreprises ont monté les échafaudages autour de l’église. Et les ouvriers ont commencé par le haut : la couverture de la coupole. Peu à peu, ils descendent le long des cascades de toits pour colmater les fuites et poser de l’enduit entre les pierres meulières.

[LIRE] Pierre-Antoine Gatier dans la revue 232 “Bâtisseurs”

La pierre meulière de l'église Saint-Louis à Vincennes abîmée par les intempéries

La pierre meulière de l’église Saint-Louis à Vincennes a parfois été très abimée par les intempéries. Les artisans ont cherché la teinte la plus proche pour la restaurer. (Crédit CDC/GF)

Sécuriser et nettoyer les pierres des façades

Sur l’échafaudage, le chef de chantier Fernando Arezes dialogue avec ses ouvriers pour voir l’avancée du travail. « Certains moellons ne tenaient presque plus, on nous a demandé de les remettre en sécurité et de refaire les joints. » Pour cela, il a testé avec son équipe plusieurs teintes pour trouver celle qui se rapproche le plus du coloris d’origine. Il montre les ouvertures de la coupole où les vitraux en dalle de verre sont enchâssés dans du béton, là encore il a fallu refaire les joints pour garantir l’étanchéité de l’église. Habitué des travaux sur les monuments historiques ou appartenant au patrimoine national, il reconnaît que travailler sur le chantier d’une église est agréable. « Il y a de belles choses à l’intérieur ! »

Les vitraux en dalle de verre sont restaurés au cours de ce vaste chantier.

Les vitraux en dalle de verre sont restaurés au cours de ce vaste chantier. (Crédit CDC/GF)

Un peu plus bas, une des façades porte la trace des nombreux tests de nettoyage sur la pierre meulière. Avec une pression plus ou moins grande, les pierres sont lavées pour retrouver une teinte jaune claire. Là encore, rien n’est laissé au hasard. « La Drac (Direction régionale des affaires culturelles) et la conservation des monuments historiques ont demandé différents types de nettoyage, souligne Axel de Chavagnac, bénévole chargé de communiquer sur le projet de restauration. C’est un dialogue fructueux entre la maîtrise d’ouvrage, l’architecte et le diocèse de Créteil»

Le chantier de restauration est réalisé sous le contrôle d'un architecte des Monuments historiques.

Le chantier de restauration est réalisé sous le contrôle d’un architecte des Monuments historiques. Ici les essais de nettoyage de la pierre meulière des façades extérieures. (Crédit CDC/GF)

Restaurer les décors intérieurs

À l’intérieur, les fidèles continuent de se rassembler pour les célébrations. Le chantier n’a pour le moment pas d’impact sur l’organisation de la paroisse. Seules quelques traces de nettoyage sur les fresques de Maurice Denis témoignent de la prochaine phase de travaux. La restauration intérieure ne pourra commencer que lorsque le clos et le couvert seront terminés. Une fois que tout risque d’infiltrations sera écarté, ce sera au tour des restaurateurs d’art de sortir leurs pinceaux.

Essai de nettoyage sur les fresques intérieures de Maurice Denis.

Essai de nettoyage sur les fresques intérieures de Maurice Denis. (Crédit CDC/GF)

Le décor particulièrement soigné de l’église lui donne une atmosphère priante. « Il n’y a pas de piliers, fait remarquer le père Arnaud Bonnassies. Quand on célèbre on est très rassemblé, il n’y a pas d’angles morts, on est tous ensemble. Et cette église a des tons orange, ocre, c’est chaleureux. » Le curé confie aussi se laisser porter par la lumière passante des vitraux lorsqu’il prie. « Avec les Béatitudes, le chemin de croix sur les murs et le Christ pantocrator au dessus, cette église nous élève ! On sent que ce sont des artistes chrétiens qui ont fait ça. » Parce qu’il suit de près le chantier avec son équipe paroissiale, le père Bonnassies est monté sur l’échafaudage au début de l’année. L’occasion de voir l’église sous un angle nouveau. « De là haut, on voit le détail des choses, cela m’a permis de comprendre les intentions des architectes. Ce qui m’impressionne c’est de voir tous ceux qui nous ont précédé et tous ceux qui prennent soin de cet édifice. »

Décor intérieur de l'église Saint-Louis

L’église Saint-Louis est bâtie sur un plan de croix grecque, sans pilier intérieur. (Crédit CDC/GF)

Développer une pastorale de la culture

Alors que la paroisse voisine, à Saint-Mandé, a inauguré il y a quelques semaines un café associatif [le projet a également bénéficié d’une aide des Chantiers du Cardinal] le chantier de Saint-Louis rend là aussi la communauté catholique plus visible au cœur de la ville. Avec Vincennes et surtout le sud de Montreuil à quelques rues de là « il y a un enjeu, car des milliers de personnes travaillent à 300 m de l’église, dans des lieux qui ne sont pas très beaux. Le supermarché hyper casher [lieu d’un attentat en 2015] n’est pas loin non plus, indique le père Arnaud Bonnassies. Or avoir cette église, ce lieu de beauté, ici, [cette restauration] va faire du bien pour tout le monde. Il y a une vraie pastorale de la culture à développer. »

Le père Arnaud Bonnassies, curé de la paroisse

Le père Arnaud Bonnassies, curé de la paroisse, souhaite développer une pastorale de la culture à Saint-Louis. (Crédit CDC)

La paroisse propose déjà des concerts d’orgue à la pause déjeuner : une pause musicale suivie d’un temps de méditation spirituelle. Le père Bonnassies souhaite aussi développer des activités envers les jeunes. Car l’église dispose en sous-sol de vastes locaux disponibles, plus de 200m2 et de nombreuses salles. « Nous avons déjà un studio équipé pour qu’ils viennent chanter de la louange en direct, et nous travaillons sur une pièce de théâtre. C’est un vrai lieu pour proposer de l’art chrétien. »

L'orgue de l'église Saint-Louis, installé sous l'une des rosaces.

L’orgue de l’église Saint-Louis, installé sous l’une des rosaces. (Crédit CDC/GF)

Voir aussi

Saint-Louis-de-Vincennes : les entreprises répondent à l’appel d’offres
25.03.2020 Article

Saint-Louis-de-Vincennes : les entreprises répondent à l’appel d’offres

Maurice Denis,  un art sacré
21.01.2021 Article

Maurice Denis, un art sacré

Redonner de l’éclat à Saint-Louis de Vincennes (94)
26.09.2018 Projet

Redonner de l’éclat à Saint-Louis de Vincennes (94)

Seul votre don nous permet d’agir

Faire un don